Rachid JKITOU



• M. Jkitou, vous êtes considéré comme une vedette de boxe, pour la catégorie poids moyen, le lion du ring comme certains aiment vous appeler. Quelles sont vos aspirations pour le titre de champion du monde en 2017?Pourquoi vous battez vous?

Boxer m’a plu depuis mon enfance, j’ai pratiqué pas mal de sports étant tout petit. Le jour où j’ai porté des gants boxe, à l’âge de 10 ans, j’ai su que je ne les enlèverai plus. D’un autre côté, c’est aussi une histoire famille.. Tout le monde fait de la boxe chez nous.

• Hormis la demi-finale en 2016, que comptez-vous faire de votre temps libre?
Je continue à me battre. Mon dernier combat, je l’ai fait à Casablanca. Je continue à boxer et je me prépare pour le titre mondial. Je monte sur le ring à chaque fois que l’occasion se présente, car c’est important pour moi de cumuler des victoires et de me maintenir dans les classements mondiaux. Bien sûr, je ne fais pas que boxer. J’aime passer mon temps libre en famille, écouter de la musique ou sortir, mais la plus grosse partie de mon temps est dédiée à la boxe.

• Comment arrivez-vous à concilier votre vie de famille et votre vie de combats? N’est-ce pas pesant pour votre famille? ?
J’ai la chance de vivre à Marrakech. C’est une ville où tout est proche. Ma femme est souvent à la salle donc ça me permet de passer du temps en famille. Bien sûr, elle s’inquiète quand je me bats, mais elle finit toujours pas se rassurer, elle sait ce que je vaux et sait quand je suis capable de briller au combat ou pas.

• Quel est votre premier souvenir sur le ring? Quelle est la victoire et la défaite que vous n’oublierez jamais?
Le passage des gants rouges. C’est le premier diplôme qu’on passe pour être boxeur amateur. J’ai mis les gants rouges à 13 ans, j’ai découvert un monde nouveau, où les coups marquent et les chutes sont plus sérieuses. Mon premier titre de champion de France, me vient aussi en tête. Mais, mon plus beau souvenir est quand mon promoteur avait organisé un match de boxe en 2010 sur la place Jemaa El Fna. Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu le Maroc et boxer devant autant de marocains, ça m’a fait énormément plaisir.

• Si vous aviez le choix de choisir votre adversaire ?
Les meilleurs au monde évidemment : André Ward, David Lemieux, Golovkin…

• Après la boxe?
Si je raccroche, j’espère pouvoir continuer à entraîner et former des jeunes car c’est ma passion. En résumé, la boxe est toute ma vie!